• a bas les retraites spéciales

    Vu sur internet, et livré tel quel, sans vérification (là, j'ai pas le temps)


    un petit effort pour nos députés au chômage !
     
    Pour chaque député non réélu, les Français devront payer 417 120 euros  = 60 mois x 6952 euros.

     C'est la nouvelle indemnité chômage des députés ! Repris ce matin sur RMC par JJ BOURDIN qui souligne que les élus de la gauche à la droite sont tous d'accord !
    A l'issue des 5 ans d'indemnités, les députés non réélus percevront " à vie " 20 % de ce traitement : soit 1390 euros par mois.
    Alors, faîtes des efforts, travaillez pour payer des impôts qui serviront à payer les "golden parachutes" de nos députés.
    Mais pourquoi 5 ans ? C'est précisément le temps d'une alternance législative.

    Ce vote intervient au moment où les candidats nous parlent des efforts que devront consentir les Français pour réduire la dette et dénoncent le train de vie dispendieux de l'Etat !
    L'information sur la nouvelle indemnité "chômage" des députés a été révélée par "Le Canard Enchaîné" le 7 février 2007. Puis reprise et précisée par le Midi Libre, le 1er Mars 2007. Curieusement, ce sont les seuls médias à en avoir parlé. Silence total du côté des télés, radios ou des autres journaux, habituellement pressés de dénoncer les parachutes en or de certains grands patrons (certes avec raison...).
    Pourquoi se taisent-ils sur cette affaire ? Sans doute parce que cette loi a été votée en douce, par tous les groupes politiques, UMP, PS, UDF et PCF, qui savent parfaitement s'entendre lorsqu'il s'agit de s'octroyer des avantages sur le dos des Français.
    Avant de quitter son perchoir, Jean-Louis Debré a fait voter à l'unanimité et dans le silence complet, une loi pour que désormais, un député non réélu touche pendant 60 mois au lieu de 6 mois son indemnité mensuelle nette qui est à ce jour - selon info sur site Assemblée nationale - de 5178 euros, soit 6 952 euros brut. 

    Chaque député non réélu coûte donc aux Français 417 180 euros sur 5 ans ! Sans parler ce ce qu'il leur coûtera " à vie " ! Ces indemnités ont été attribuées aux députés et définies par l'ordonnance n° 58-1210 du 13 décembre 1958. L 'indemnité de base est calculée "par référence au traitement des fonctionnaires occupant des emplois de l'État classés dans la catégorie présentement dite hors échelle.
    Elle est égale à la moyenne du traitement le plus bas et du traitement le plus élevé de cette catégorie" , ce qui correspond au traitement d'un conseiller d'État ayant moins d'une année d'ancienneté dans son grade. S'y ajoute l'indemnité de résidence, comme pour les fonctionnaires, au taux de 3 %. Selon l'article 2 de l'ordonnance précitée :  "L'indemnité parlementaire est complétée par une indemnité dite de fonction" .
    Le montant de cette indemnité est égal au quart du montant de l'indemnité parlementaire (indemnité parlementaire proprement dite majorée de l'indemnité de résidence)

    Depuis le 1er février 2007, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes :
    - Indemnité de base : 5 400, 32 euros
    - Indemnité de résidence (3 %) : 162, 01 euros
    - Indemnité de fonction (25 % du total) : 1 390, 58  euros 
    Soit  brut mensuel 6952,91 euros  .

    Retenues obligatoires devant être déduites du brut mensuel diverses retenues :
    - Cotisation à la caisse des pensions pendant les 15 premières années de mandat : 1 153, 08 euros
    - Contribution exceptionnelle de solidarité : 55, 62 Euros
    - Contribution sociale généralisée et contribution au remboursement de la dette sociale : 539,55 euros
    - Cotisation au fonds de garantie de ressources : 27,00 euros
    Soit net mensuel 5 177, 66 euros.

    Avant de quitter la présidence de l'Assemblée Nationale, Jean Louis Debré, nouveau président du conseil constitutionnel, a fait un joli cadeau à ses amis députés de tous les partis !
    Bien entendu cette généreuse "indemnité chômage" est totalement inconditionnelle, et l'heureux bénéficiaire de cette jolie rémunération de 5 ans, n'est tenu à aucun engagement quelconque, comme par exemple justifier de la recherche d'un nouvel emploi, d'une visite mensuelle auprès d'un conseiller ANPE, ou d'une activité justifiant cette "aide sociale"... bref, tout ce qui est demandé à des chômeurs ordinaires.


    Comment on fait, pour être député ???
    « Cherchez l'erreur...la vie de couple »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 28 Septembre 2007 à 14:20
    dany
    Je vais vomir...Saleté de politiques...
    2
    Vendredi 28 Septembre 2007 à 22:44
    daphnénuphar
    Je savais déjà et c'est toujours aussi gerbeant. En plus, pauv' tache comme je suis, je viens de jouer au loto, et j'ai pas gagné. c'est trop nul!!!
    3
    Lundi 1er Octobre 2007 à 14:50
    Isabelle
    No comment ! j'ai des nausées et le pire c'est que... c'est que le début ! Cela ne fait que 4 mois qu'on trinque... courage... la lumière est au bout du couloir (on n'a jamais indiqué la longueur du couloir !!!) t'as fait ta réserve de patates.... t'as raison !
    4
    Nevrosia
    Jeudi 31 Mars 2011 à 10:43
    Nevrosia
    D'autant qu'ils sont rarement réellement "chômeurs" ! Et concernant le cumul des mandats, tu crois qu'ils pénalisent ? J'adore le canard enchaîné car c'est le dernier vrai journal d'investigation et il est le seul à révéler les vrais scandales de nos chers politiques !!! "Fais ce que je dis, mais n'espère pas faire comme moi !" Pfffffff! Voilà ça m'énerve !
    5
    lolo
    Jeudi 31 Mars 2011 à 10:43
    lolo
    Volà un lien qui dilue le contenu du texte : http://www.authueil.org/?2007/04/04/365-la-prime-aux-deputes-battus
    6
    philippe
    Jeudi 31 Mars 2011 à 10:43
    philippe
    J'ai un avis partagé sur les retraites. Je ne vais cracher dans la soupe puisque je suis en train d'en bénéficier à 55 ans. En fait, plus on veillit et que le travail n'est pas desagréable, moins on veut partir en retraite. Mais si c'est pour travailler plus pour gagner moins, je préfère partir tout de suite. Ce n'est pas une erreur d'aligner tout le monde à 40 annuités à pénibilité égales. Par contre, si on veut garder les seniors actuels, ce n'est pas en leur faisant peur que l'on va arranger le problème. D'ailleurs, cherche-t-on vraiment à les garder ? Ils sont payés plus qu'un jeune, et le calcul est vite fait pour une entreprise privée ou public à les inciter à partir. C'est ce que je fais donc à regrets. Cordialement
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :