• impasse

    C'est compliqué, quand même...
    Je sais ce que Chéwi a quitté, pour moi.

    Quoi, il est parti pour moi, mais pas à cause de moi. Il ne l'aimait plus, depuis longtemps, et notre coup de foudre réciproque a été le déclic.
    Je ne lui ai jamais demandé de la quitter, ça a été sa décision. Je ne lui ai jamais demandé de venir habiter avec moi à 1200 km de ses enfants, je ne lui ai jamais demandé d'acheter ici.
    Evidemment, je suis contente de toutes ces décisions, mais si j'avais été mutée en lorraine, cela m'aurait tout à fait convenu aussi, tant que j'étais avec lui.

    Cela a été très dur pour lui, de quitter ses enfants. Il s'attendait à sa réaction, il la connais bien, il savait qu'elle allait être hargneuse, qu'elle voudrait se venger.

    Je sais très bien que c'est dur pour lui, de ne pas les voir, bien sur, mais aussi de ne pas avoir de nouvelles, jamais, il ne sait rien de leur vie, sauf le peu qu'elle met sur son blog, qu'il n'a pas le droit de lire, évidemment, car c'est sa vie privée à elle... (c'est moi qui le lit, pas lui -sourire).
    Elle sait tout ou presque de notre vie, car il doit sans cesse se justifier de tout, si on vient chercher les enfants, pourquoi, s'il demande un arrangement, pourquoi, et quand les enfants sont avec nous, ils lui décrivent ce qu'ils font presque minute par minute... Mais quand lui appelle, ils n'ont jamais rien à lui dire.
    Il ne me le dit pas, mais je sais qu'ils lui manquent souvent, même s'il ne les appelle qu'une fois tous les 15 jours.

    Je sais tout ça, je sais ses sacrifices, et c'est pour ça que je n'ose pas lui dire que je souffre aussi de la situation.
    C'est vrai, moi j'ai mes enfants, ça se passe très bien avec mon ex, je n'ai pas à me plaindre.

    Et pourtant, j'ai du mal à supporter la manière dont elle nous traite. Quoi, elle le ferait entre adultes, je m'en fout, à vrai dire de comment elle nous appelle, si ça la soulage d'être grossière, tant mieux.

    Non, ce que je ne supporte pas, c'est sa malhonnêteté, ses humeurs variables, sa haine et sa vengeance qui font qu'elle préfère impliquer ses propres enfants sans voir qu'ils ne vont pas bien. Et donc, devant les enfants, elle rabaisse constamment Chérw, en sa présence, et lui ne peut rien dire sinon c'est l'explosion assurée (larmes ou colère, suivant l'humeur). Quand elle lui parle de moi, c'est toujours en des termes grosiers ou vulgaires, toujours devant les enfants, évidemment.
    Tous les efforts qu'il fait, c'est normal car elle est la victime, et ça ne compte jamais, il lui faut encore plus de choses, de l'argent en plus de la pension, les vacances comme ça l'arrange... c'est vrai, on arrive à négocier aussi, mais aux prix de quelles prises de tête, de colères, de soumissions...

    Oui, il fait le dos rond pour que ce ne soit pas pire. Mais comment ça pourrait être pire ? Car malgré tous ses défauts, je ne la vois pas oser refuser de lui présenter les enfants. Elle a trop à perdre. Les voir moins ? Il a déjà le minimum prévu par le divorce. Il paye la pension plein pot, elle le rabaisse devant les enfants, les enfants sont puants quand ils sont avec nous au début (après ça passe par périodes),
    non, je ne vois pas comment ça pourrait être pire.

    Si au moins il lui disait. Elle est toujours persuadée qu'il est parti pour moi, et seulement pour ça.
    (je suis donc super woman, puisqu'à moi toute seule, j'ai réussi à arracher à sa femme aimante et attentionné un mari amoureux).
    Il ne lui a pas dit au départ, car elle était très mal, et il ne voulait pas lui rajouter encore plus de peine, ce que je comprend. mais maintenant qu'elle va mieux, il serait temps de lui dire, que s'il est parti, c'est parce qu'il n'était plus amoureux, et entre autre à cause d'elle....

    Voilà, tout ça, je n'ose pas trop insister, mais ça me ronge...

    Est-ce que quelqu'un aurait une solution ?
    « RéponseBilan de la semaine de noel »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    RdT
    Lundi 8 Janvier 2007 à 09:49
    RdT
    Non, sourire, pas de commentaire, sauf peut être un : c'est qu'il faut ABSOLUMENT, et quoi que ça te coûte, lui en parler, à Chéri, parce que ruminer n'est pas bon, parce que tu souffres, et parce que cette situation est intenable pour toi !
    Alors, parler parler parler  et dire les choses telles que tu les ressens, simplement. Ce ne sera pas facile, sans doute, ce sera sans doute un moment difficile, mais je pense qu'il faut que vous en passiez par là, pour que votre avenir commun ne soit pas hypothéqué...
    Des bises pour t'insuffler du courage, vraiment !
    2
    Sev
    Lundi 8 Janvier 2007 à 10:23
    Difficile de donner des conseils quand on ne vit pas ton cauchemar...
    Mais c'est vrai que j'aurais tendance à dire comme Rêve d'eté, c'est toujours super important de parler et de dire ce qu'on ressent. Garder tout pour soit et en souffrir toute seule ne fait qu'empirer les choses...
    3
    Lundi 8 Janvier 2007 à 11:49
    Bellzouzou
    parler bien sûr, mais aussi écrire, consigner sur écran ou sur papier ce que tu ressens. bises
    4
    Lundi 8 Janvier 2007 à 16:01
    4largo
    J'ai pas lu tout ton blog alors mon comm risque d'être à côté de la plaque... mais quand même, je ne comprends pas pourquoi il supporte tout ça, vraiment.

    Etre rabaissé devant ses gamins c'est inimaginable, faire le dos rond pour que ce ne soit pas pire ? mais qu'est-ce qui peut être pire ????

    Ok il faut préserver les enfants mais à la longue quelle image auront-ils de leur père ? Question de caractère sans doute...
    5
    Lundi 8 Janvier 2007 à 20:15
    eddie
    Merci pour vos conseils, on parle, évidemment, mais c'est un sujet qu'il n'aime pas aborder ... mais je suis tétue -sourire

    @ 4largo : c'est vrai que vu comme ça, ça parait icompréhensible, mais quand tu le vis, c'est dur de se "révolter" : s'il le fait devant elle, elle explose devant les enfants, qui ne voient que ça : leur mère pleure à cause de leur père. S'il ne dit rien et leur explique à part, après, alors soit ils lui disent qu'il ment, soit ils écoutent, mais en parlent ensuite à leur mère qui leur donnera "sa" version finale qu'ils croiront puisqu'ils vivent avec elle 19 jours sur 21...
    ALors oui, plutot que de rentrer dans son jeu, il fait le dos rond pour eux, et préfère être avec eux le peu de temps auquel il a droit, en espérant qu'à la longue ils verront comment c'estn que lui ne passe pas son temps à se plaindre ou à pleurer...

    Moi, ce qui me mine plus, c'est qu'il ne lui rentre pas dedans à elle (quand les enfants ne sont pas là, évidemment, c'est ça le plus dur !)

    Bref, en écrivant cette réponse à ralonge, je me rend compte à quel point 'est compliqué !

    En tout cas, merci de ton com' et bienvenue par ici -sourire-
    6
    Mardi 9 Janvier 2007 à 02:54
    Dany

    Je lis ton blog depuis longtemps, mais je ne sais quoi te dire, si ce n'est parles en avec lui, lors d'une soirée coule, au restau (?), dis lui ton chagrin...et puis les enfants grandiront... et ils seront plus à même de comprendre.


    Merci d'avoir mis mon blog dans tes favoris, je m'envais de ce pas mettre le tien. Bises!

    7
    Mardi 9 Janvier 2007 à 09:37
    eddie

    Grmbl, la fonction "répondre" ne fonctionne pas du boulot...


    Je disais : merci à tous, vos coms me font chaud au coeur


    @ Dany : merci de ta visite et de ton conseil. J'espère juste que les enfants, en grandissant, se rendront effectivement compte, et que ce ne sera pas quand ils auront 30 ans ! -grimace-

    8
    RdT
    Mardi 9 Janvier 2007 à 10:42
    RdT
    Dis, Eddie, j'y ai pensé, ce matin... Et s'il tenait un journal, qu'il offrirait à ses enfants, lorsqu'ils auront quinze ans, et où il déverserait, là dedans, tout l'amour et tout le manque qu'il ne peut pas, aujourd'hui, à cause d'elle, leur dire et leur donner.
    Ainsi, à cette période charnière de l'adolescence, ses enfants sauraient que quoi qu'ait été leur enfance, leur papa les a toujours aimés, et a souffert de tout ça.
    Et oui, je pense que tu as raison, il devrait la choper entre quatre yeux, et lui foutre la tête dans le caca, une bonne fois pour toute, et inévitablement, même si ce n'est pas immédiat, mais elle réfléchirait, et inévitablement, elle se poserait des questions, en regardant son nombril... Et même si au final ça ne change rien, il se sera défoulé et aura fait avancer le schmilblick le concernant.
    Des bises, encore, pour affronter tout ça, parce que j'imagine combien ta place doit être difficile !
    9
    Mardi 9 Janvier 2007 à 11:18
    eddie

    c'est une super idée, ça, le journal, merci ! -grand sourire-


    SInon, pour ce qui est de se sortir de son nombril, je ne sais pas, hein... ils ont vécu 13 ans ensemble, et elle n'a jamais regardé autre chose, même quand il lui donnait des signes d'alerte évidents...


    Mais on peut toujours espérer qu'elle a changé -grimace-

    10
    Tu sais qui
    Jeudi 31 Mars 2011 à 10:48
    ta copine est là, qui te soutient et t'encourage à toutes les étapes de ta vie! ... LN
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :